Ce site est optimisé pour une lecture horizontale. Merci de faire pivoter votre appareil avant de continuer.

Vikan.com
Amit M. Kheradia
Amit M. Kheradia
Environmental Health and Sanitation Manager

L’ABC du nettoyage manuel - Partie III : Comment fonctionne le nettoyage manuel ?

Dans la troisième partie de notre blog sur le nettoyage qui en compte six, nous allons traiter la question suivante : comment le processus de nettoyage manuel est-il généralement mis en œuvre ? Un programme de nettoyage fiable intègre généralement le meilleur de la science et du management. Il peut permettre de développer des procédures opérationnelles standard en matière d’hygiène (SSOP), qui doivent être bien comprises par les employés lors de leur mise en œuvre.


Évaluation des paramètres TACTER

Le cercle TACT a été mis au point par le Dr Herbert Sinner en 1960. Ce modèle établit une liste des paramètres nécessaires pour éliminer la saleté d’une surface donnée. Nous y avons ajouté deux paramètres, « Employés » et « Ressources », pour en faire un modèle global de nettoyage efficace. 

TACTER_image_FR

Lorsqu’une couche épaisse de contaminants s’est accumulée sur une surface donnée, les exigences TACTER sont renforcées. C’est-à-dire, par exemple, qu’un employé devra procéder à un nettoyage manuel plus intense pour éliminer efficacement les contaminants.


Analyser les composantes d’un programme de nettoyage

Nous avons également mis au point le modèle SAVER2 pour vous aider à mieux comprendre les points à prendre en compte pour établir un protocole complet de nettoyage et de désinfection :

SAVER2_FR

Ce modèle prend en compte ces questions importantes :

  • Quel type de surface cherchez-vous à décontaminer ?
  • Quelle est la nature de la saleté à éliminer ou à ramener à un niveau acceptable ?
  • Quel est le but de l’action de décontamination ?
  • Quelle activité de décontamination par étapes est-elle mise en œuvre ?
  • Est-ce que le processus de décontamination a été validé ?
  • Est-ce que le processus de décontamination a été vérifié ?
  • Quelle est l’efficacité de l’activité de décontamination ?
  • Quelle est l’efficience de l’activité de décontamination ?
  • Est-ce que les procédures s’appuient sur des références scientifiques et techniques valides ou crédibles ?
  • Est-ce que des mesures correctives ont été adoptées pour remédier ou éviter les problèmes ?


Les décisions relatives au nettoyage doivent s’appuyer sur le risque

Suivant la nature des saletés, des surfaces, et d’autres paramètres de nettoyage, le site peut décider d’opter pour un nettoyage à sec, humide, ou humide contrôlé :

Nettoyage à sec

Nettoyage humide

Nettoyage humide contrôlé

Le nettoyage à sec, avec peu ou pas du tout d’eau, se pratique généralement dans les environnements de production de denrées alimentaires nécessitant peu d’eau (par exemple farine, lait en poudre, biscuits, etc.). En effet, l’eau pourrait favoriser le développement microbien. En l’absence d’eau, le nettoyage nécessite un soin particulier pour éviter de diffuser les particules allergènes dans l’air. Cela pourrait en effet entraîner des contaminations croisées.

Dans le cas du nettoyage humide, on emploie de l’eau pour éliminer les saletés solubles des surfaces. Il s’agit de la méthode de nettoyage la plus utilisée dans les sites de transformation de denrées à forte teneur en eau (par exemple viandes, boissons, etc.). Les plus gros inconvénients du nettoyage humide dans ce type d’environnement concernent le développement des microbes et leur diffusion (via les gouttelettes, les aérosols, l’eau stagnante, la condensation), et les importants volumes d’eau consommée et d’eau usée que cela génère.

Un certain nombre de sites de production agroalimentaires ont toutefois adopté un nettoyage humide contrôlé des petites parties démontables des équipements, réalisé dans une zone de désinfection dédiée, afin de réduire le risque de contamination croisée. 


Documenter et mettre en œuvre les différentes étapes de nettoyage de façon claire

Les employés chargés de mettre en œuvre et de maintenir le protocole de nettoyage doivent être parfaitement formés pour les opérations de nettoyage. Dans le cas d’un nettoyage humide, voici les étapes de nettoyage recommandées :

  • Sécuriser et démonter les équipements concernés avant de les nettoyer à sec pour éliminer les plus gros résidus.
  • Prérincer les surfaces à l’eau potable, du haut vers le bas.
  • Appliquer du détergent et de la mousse, puis frotter de bas en haut.
  • Rincer à l’eau potable et procéder à une auto-inspection (menée par l’opérateur).
  • Mener une inspection officielle post-nettoyage (généralement menée par le contrôle qualité).
  • Désinfecter (avec un désinfectant approprié), rincer (de manière appropriée au désinfectant utilisé), sécher et réassembler les équipements.
  • Sécher les équipements et obtenir la validation d’un superviseur que les équipements sont effectivement prêts à être utilisés.
  • Noter que les temps de désinfection, de rinçage et de séchage peuvent varier selon le type d’équipement à nettoyer. Ils devraient se conformer à l’évaluation des risques.

Il est indispensable d’avoir recours à des outils de nettoyage et des agents chimiques adaptés (aux températures et concentrations recommandées) pour garantir l’efficacité de la décontamination.


Étapes suivantes

Dans le prochain blog, nous parlerons de la fréquence et des lieux convenant au nettoyage manuel. À très bientôt !

 

Quelques références :