Ce site est optimisé pour une lecture horizontale. Merci de faire pivoter votre appareil avant de continuer.

Amit Kheradia
Amit Kheradia
Education and Technical Support Manager

L’ABC du nettoyage manuel partie II : Qu’entend-on par nettoyage manuel ?

Nous avons vu dans la première partie de cette série que le nettoyage manuel recourt à des outils tels que les brosses, racloirs, raclettes, ainsi que d’autres moyens de nettoyage, pour éliminer efficacement la contamination des outils et surfaces. Dans de nombreux cas, le nettoyage manuel représente la solution de nettoyage la plus pratique, en particulier lorsqu’il s’agit de nettoyer des équipements complexes.  Mais pour autant, est-ce que le nettoyage manuel peut se résumer à un employé équipé d’une brosse pour nettoyer l’intérieur d’un réservoir sale ? Eh bien non, c’est beaucoup plus que cela !

Comprendre les concepts

On entend par nettoyage l’élimination des résidus visibles sur une surface donnée. Les bonnes pratiques sectorielles et les obligations réglementaires ont toujours préconisé de nettoyer avant de désinfecter une surface.
Le nettoyage ne doit cependant pas être vu comme un unique type d’activité adapté à toutes les situations. Plusieurs facteurs peuvent déterminer comment, quand et pourquoi éliminer les salissures sur une surface. L’activité de nettoyage peut être effectuée de différentes manières, et une méthode de nettoyage donnée peut recouper plusieurs activités de nettoyage :

Cleaning Types_image_FR

Comme on peut le voir, le nettoyage manuel peut nécessiter ou non le démontage de certaines pièces. De plus, il est important de définir le « niveau de propreté », qui est une décision basée sur le risque dépendant généralement du type de contaminant (principalement les microorganismes, les allergènes et les corps étrangers) à éliminer d’une surface donnée. Voici quelques-uns des facteurs qui influencent le niveau de propreté :

  • Le processus de nettoyage doit-il éliminer le contaminant/danger ou le ramener à un niveau acceptable ;

  • L’activité de nettoyage devrait-elle limiter à elle seule la diffusion du contaminant ?

  • L’activité de nettoyage aura-t-elle avoir un impact négatif sur la surface à nettoyer ?

  • La réglementation, les normes et les bonnes pratiques en vigueur seront-elles respectées au cours de l’activité de nettoyage ?

 

Réduire la diffusion de la contamination pendant le nettoyage

Comme on le voit ci-dessous, certaines activités de nettoyage sont susceptibles d’augmenter le risque de diffusion de la contamination. Ces activités sont jugées à haut risque.

Trappeillustration_FR

Ainsi, les techniques de nettoyage à haute pression représentent une activité à haut risque par rapport à l’essuyage ou au grattage. Elles produisent des gouttelettes et aérosols liquides, ou des particules, qui sont diffusées à une distance considérable, emportant avec elles la contamination de la surface en cours de nettoyage. Mais d’autres techniques de nettoyage manuel très courantes, comme le brossage ou le balayage, sont généralement classées comme à risque modéré, et leur pratique nécessite certaines précautions. Ainsi il est conseillé de recouvrir d’eau les surfaces à brosser pour limiter la diffusion de gouttelettes produites par le frottage.


Toujours sélectionner l’outil le plus adapté

Le choix des outils manuels est crucial, car il a d’importantes répercussions sur l’efficacité du nettoyage et la durabilité, ainsi que sur l’entretien et l’entreposage. Voici quelques conseils pour le choix des outils :

  • Choisissez un type de fibre adapté pour vos brosses et balais. Les fibres dures sont efficaces pour éliminer les résidus tenaces, avec ou sans eau, mais risquent d’endommager les surfaces, tandis que les fibres très souples peuvent être sans effet sur les résidus solides, mais très efficaces contre les poudres fines.

  • L’idéal est d’employer des outils à code couleur facilement identifiables par usage ou par zone hygiénique. Cette méthode de séparation des outils est particulièrement efficace pour réduire les contaminations croisées sur les sites agroalimentaires.

  • Lorsque vous rencontrez de hautes températures, employez des outils capables de résister à ces températures.

  • Voyez si des outils spéciaux sont nécessaires pour procéder à un nettoyage en profondeur, à un nettoyage de précision ou à un nettoyage de haut ou de bas niveau.

  • Les outils dotés d’une conception hygiénique présentent généralement des surfaces lisses, des contours arrondis, et n’ont pas d’interstices dans lesquels les contaminants peuvent s’accumuler et s’avérer difficiles à éliminer. Les brosses Vikan UST et la gamme de manches et de raclettes ultra hygiéniques sont d’excellents choix en termes d’outils hygiéniques adaptés aux sites agroalimentaires transformant des produits à haut risque.

 

0 commentaires